Magic System en Concert a Menton en mode "100% zouglou"

Publié le

Samedi soir, le stade Rondelli accueillait Magic System. Les quatre chateurs du groupe de Côte d'Ivoire ont fait le show devant un public conquis

Une leçon de zougloudance grandeur nature. Samedi soir, le groupe ivoirien Magic System a mis une ambiance de feu sur le Stade Rondelli.

Arrivés sur scène à 21 h 30 précise, pour en repartir à 23 heures tapantes, les dix protagonistes ont su faire trémousser les corps transpirants de tous les participants de 7 à 77 ans. Pour le dernier week-end de la saison estivale, le public était au rendez-vous : 200 à 300 personnes s'étaient massés sur une moitié du stade Rondelli.

« On va faire le show »

Dès l'entame, le ton est donné : « on va faire le show », annonce le groupe. Et ils n'ont pas menti. Aucun instant de répits pendant le concert. Zougloudance, coupé décalé, collé serré, tous les styles de danses d'Afrique de l'Ouest y sont passés. Même un zouk love torride a enflammé le coeur des centaines de filles qui se sentaient, il faut le noter, beaucoup plus à l'aise que les garçons dès qu'il s'agit d'activer le déhancher. Si certains avaient le regard un peu perdu, d'autres se sont totalement lâchés sur les rythmes chaloupés joués par le groupe.

La danse de la grippe aviaire

Ils s'étaient déplacés à dix. Dix Ivoiriens chauffés à blanc pour régaler un public d'ores et déjà conquis.

Après un début rythmé par le tube « zougloudance » et l'incontournable « bouger bouger », les Magic System se sont lancés dans une leçon de danses plus rythmées les unes que les autres... Cardiaques s'abstenir ! Le coupé décalé où les bras se balancent tels des sabres, comme pour découper le rythme. Une variante, le coupé décalé chinois, des gestes de samouraïs pour accompagner la musique. Enfin et non des moindre, la danse de la grippe aviaire, le bras tendu imite les battements d'ailes du poulet et les cuisses se tétanisent pour donner une danse qui met en transe le public.

Dix ans d'existence

Chorégraphies en rythme, les quatre chanteurs du groupe : Asalfo, Goudé, Tino et Manadja s'en donnent à coeur joie. Le public est conquis, petits et grands lèvent les bras au ciel sur chaque morceau. Il faut dire que depuis 1999, date de leur deuxième album, avec le tube « premier gaou », Magic System fait parti intégrante du paysage musical français. Chaque été est prompt à découvrir un nouveau tube de ces Ivoiriens, qui finalement ne cherchent qu'une chose : « ambiancer. Que tu sois petit, grand, noir jaune ou violet pour nous c'est la même ! »

Après un rapide rappel, le groupe disparaît de la scène. Le public se dirige vers la sortie. Certaines ont encore le rythme dans la peau et improvisent une piste de danse sur le parking, musique zouk à fond. Pour les fêtards, la soirée continuait au Brummell, la boite de nuit du Casino Barrière. Pour d'autres, la soirée s'est terminée sur la plage par un bain de minuit bien mérité après 1 h 30 d'un show qui aura fait « bouger bouger » les quelques ultimes vacanciers qui ont pu profiter de cette soirée.

Commenter cet article