soum bill: que la lumière soit

Publié le par Franck govoei

Mon album de chevet actuellement c'est "que la lumière soit" de SOUM BILL.

J'avoue que je n'apprécie pas bcp son style de zouglou. j'apprécie plutôt ce que j'appelle le zouglou roots: voix grave, textes courts, humour, percussion, refrains comiques et faciles à reprendre. Soum bill ne fait pas rire comme certains des ses compères. il fait rarement danser aussi. il dénonce, accuse, pleure, berce...

Pour rappel, l'artiste a fait partie du groupe les salopards, cette bande qui a révolutionné le zouglou en lui donnant son second souffle en 1998 avec l'album "Génération sacrifiée". Cinq ans environ après bilé didier et les parents du campus, la qualité des textes et l'excellent fond musical de ce premier album des salopards a fini par convaincre tous ceux qui doutaient de l'implantation du zouglou dans le paysage musical ivoirien. Et ce style n'a pas changé depuis. A mon avis, cet artiste qui a plus de 10 ans de zouglou dans la gorge puise sa force dans l'excellente qualité de ses textes. Textes engagés mais qui dépeignent à travers les qualités vocales de l'artiste, certaines réalités du moment. Avec pat sako et Vieux gazeur, il fait partie à mon avis des 3 meilleurs paroliers du zouglou. "Que la lumière soit" est donc un boulot de qualité préparé sur 4 ans avec 3 arrangeurs et donc des sonorités différentes. Ceux qui connaissent et aiment la bonne zik s'y retrouveront à coup sur. Il comporte 14 titres dont mon coup de cœur, le numéro 7 intitulé ZIKI. Le seul zouglou roots de l'album avec des chœurs graves et une rythmique qui me fait penser à certains morceaux du précédent album. Mention spéciale aussi pour " l'aveugle et l'édenté", le numéro 2. A travers les autres titres on retrouve un soum-bill pluridimensionnel qui donne dans le mandingue avec un timbre vocal qui fait souvent penser à salif kéita. 1 brin de romantisme aussi et quelques notes de reggae. j'ai aussi entendu un son qui ressemblait à du bikutsi (musique camerounaise). Et oui ! Comme tous les grands artistes, soum bill a compris qu'on ne se contente plus de chanter pour son pays, mais pour sa région et pour le monde entier.

Après avoir écouté cet album, j'ai compris pourquoi l'artiste, au coté de l'UNARTCI, a été ces derniers temps, très engagé dans des actions contre la piraterie. Une œuvre comme celle là qui vient confirmer la position de la musique ivoirienne en Afrique et dans le monde, mérite tous les honneurs dus à son rang. CD ou K7 originale à consommer donc sans modération.

Publié dans Mon avis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article